• Il existe cinq différents types de guérisseurs.

    - Les thaumaturges : ces derniers obtiennent une guérison immédiate. Le
    soulagement survient de façon miraculeuse d’une intervention divine qui les
    traverse.

    - Les guérisseurs spirites : Ils soignent par l’intervention d’une entité
    spirituelle qui le temps de la séance prendrait possession de leur corps.

    - Les magnétiseurs : Ils soignent en général en posant ses main sur le corps de
    l’individu mais également parfois à distance. Leur acte permet de soulager les
    souffrances et parfois jusqu’à guérir. Le magnétisme est considéré comme une
    énergie. Bien souvent le magnétiseur découvre son don par l’intermédiaire d’un
    proche. On peut distinguer deux catégories de magnétiseurs, ceux qui
    travaillent avec leur propre énergie, ils effectuent un transfert d’énergie.
    Cela peut se matérialiser par de la chaleur. D’autre part il y a ceux qui
    travaillent avec l’énergie environnante. En effet ils captent l’énergie et sont
    capables de la transmettre, ce sont des magnétiseurs spirituels.

    - Les coupeurs de feu, barreurs, souffleurs et panseurs : Ils soignent une maladie en
    récitant une prière tenue secrète. Le coupeur de feu lui possède un don pour
    soulager les brûlures.

    - Les rebouteux : il guérit tout ce qui est luxations, foulures, entorses, douleurs
    articulaires, douleurs au dos par des procédés empiriques. Le mot rebouteux est
    apparu au moyen-âge qui prend son origine du verbe »bouter « .

    Le magnétiseur transmet un fluide par ses mains et pénètre dans l’organisme du
    malade comme pénètrent les courants électriques. Le magnétisme est une énergie
    essentielle, primordiale à la vie.

    Le magnétiseur accomplit un acte d’amour et de générosité en soignant ses
    patients.

    De nos jours, on se cache plus pour aller voir un magnétiseur. Le bouche à oreille
    représente le départ d’une construction d’une clientèle.

    En majorité, une séance de magnétisme n’est pas sufisant, en effet selon le problème de la
    personne, trois ou quatre séances sont nécessaires.


    votre commentaire
  • La médiumnité a reçu une connotation très négative à cause de tous ceux qui se nomment médium ou clairvoyant.

    Etre médium, cela veut dire être intermédiaire (trans – communicateur). Entre la Terre et le Ciel, se trouve la nature, la végétation, le monde animal et l’être humain. Il y a comme un espace entre la matière et l’esprit. Donc, l’être humain est un intermédiaire entre ces deux éléments, ou entre le visible et l’invisible. Dans l’univers, tout est énergie et mouvement.

    Le monde invisible est éthérique, énergétique, vibratoire, très lumineux et contient la force de la vie. Par principe, l’être humain est lié avec le monde invisible à travers son intuition. L’intuition est en liaison avec l’âme, elle aussi éthérique. Notre mission sur Terre est l’évolution, c’est à dire parfaire notre âme.

    Nous sommes tous plus ou moins coupés de notre intuition, de notre côté illogique; nous n’avons plus l’habitude de la percevoir, de l’écouter, de la ressentir. Il faut ainsi nettoyer ces canaux bouchés par un travail sur soi-même.  Cela augmente notre confiance et donne accès à la force de la vie. Nous faisons l’expérience de la foi véritable, quelle que soit notre religion.

    Nous pouvons laisser couler les énergies à travers nous et être ouvert aux messages qui nous guident sur notre chemin.

    Les messages sont des aides pour nous montrer comment faire ou traverser une expérience, des encouragements, des « états de lieu » de l’âme et de l’évolution, des éclaircissements. Il ne s’agit en aucun cas de directives, de prévisions ou ordres. Cela nous procure l’indépendance et la liberté intérieure, tout en ayant une confiance absolue. On se sent en sécurité, enraciné. Enfin, cela aide aussi à acquérir la maturité.

    La médiumnité outranscommunication se fait par écriture ou par la voix (en prêtant les cordes vocales) ou encore par dessins.

    Soit quelqu’un consulte par une transcommunication, soit on apprend soi-même à transcommuniquer.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique