• NDE

    Expérience de mort imminente

    L'Ascension vers l'Empyrée de Hieronymus Bosch est associée par les chercheurs sur l'expérience de mort imminente aux aspects de la vision du tunnel1

    Expérience de mort imminente (EMI) est une expression désignant un ensemble de « visions » et de « sensations » consécutives à une mort clinique ou à un coma avancé. Ces expériences correspondent à une caractérisation récurrente et spécifique contenant notamment : la décorporation, la vision complète de sa propre existence, la vision d’un tunnel, la rencontre avec des entités spirituelles, la vision d’une lumière, un sentiment de paix et de tranquillité, l'impression d'une expérience ineffable et d’union avec des principes divins ou supranormaux. Cependant, rares sont les EMI qui associent tous ces éléments et on observe une certaine variation inter-individuelle.

    À la suite de ce type d'expérience, des patients déduisent la possibilité que la conscience survive à la mort. Les neuroscientifiques expliquent généralement ce phénomène par une altération de la conscience cérébrale dont les mécanismes physiologiques ont largement été étudiés. Quelques neuroscientifiques développent des théories alternatives défendant l'hypothèse d'une existence de la conscience indépendante de l'activité cérébrale.

    D'autres expressions sont parfois utilisées, comme « expérience aux frontières de la mort », « expérience de mort approchée » (EMA), « expérience de mort-retour », ou l'expression anglaise : « near-death experience » (NDE).

     

    Les NDE d’aveugles et de mal-voyants

    <header class="cartouche"> </header>

    Débat - 13 novembre 2011, par Emmanuel-Juste DUITS

    <section class="crayon article-chapo-36 chapo surlignable">

    "Ecoutons ce que le psychiatre Stanislav Grof, grand spécialiste de la psychologie transpersonnelle et des états modifiés de conscience, a écrit en 1994 à ce sujet :

    "Il existe des cas documentés décrivant des individus dont la cécité due à des lésions organiques de leur système optique a été établie médicalement et qui, pendant leur état de mort clinique, ont pu voir leur environnement. De tels événements, contrairement à presque tous les autres aspects de l’expérience de mort imminente, peuvent être soumis à des vérifications objectives. Ainsi, ces événements représentent la preuve la plus convaincante que ce qui se passe pendant une NDE est plus qu’une fantasmagorie hallucinatoire de cerveaux physiologiquement altérés".

    </section

    Kenneth Ring et Sharon Cooper ont commencé par poser trois questions (voir Lessons from the light et Mindsight) :

    1) est-ce que les aveugles vivent des expériences de mort imminente ? 2) Si tel est le cas, est-ce que ces NDE sont identiques ou différentes de celles des personnes voyantes ? 3) Est-ce que les aveugles qui ont vécu une NDE revendiquent-ils des perceptions visuelles ?

    Méthodologie

    Pour recruter les individus qui devaient participer à l’étude, Ring et Cooper ont contacté onze institutions américaines pour aveugles aux niveaux nationale et régionale. Parallèlement, des annonces de recrutement ont été placées dans les revues Vital Signs et les Newsletter of the International Association for near-death studies.

    Les personnes ainsi détectées ont été contactées par les deux chercheurs. Lors d’un premier appel téléphonique, ils ont défini le degré de cécité du sujet et déterminé si, selon des critères qu’ils avaient établis au préalable, il avait effectivement vécu une NDE ou une OBE (sortie hors du corps).

    46 personnes ont fait l’objet d’un entretien téléphonique, 31 seulement correspondaient aux critères pré-établis et ont été retenues pour participer à l’enquête.

    Il s’agissait de 20 femmes et 11 hommes, âgés de 22 à 70 ans.

    16 de ces sujets avaient vécu une NDE 5 sujets avaient vécu une NDE et, à d’autres occasions, une ou plusieurs OBE Ainsi, 21 personnes en tout avaient vécu une NDE et une ou plusieurs OBE. (...)
    14 des sujets étaient aveugles de naissance 11 personnes souffraient d’une cécité adventive, c’est-à-dire qu’elles avaient perdu la vue après l’âge de cinq ans. 6 sujets étaient fortement malvoyants.

    Réponse aux trois questions initiales

    L’étude effectuée sur les 21 expérienceurs a abouti au résultat suivant :

    1) Est-ce que les aveugles vivent des NDE ? La réponse est oui.

    2) Est-ce que ces NDE sont identiques ou différentes de celles des personnes voyantes ? Ces NDE sont en tous points identiques à celles des personnes qui bénéficient de la vue.

    3) Est-ce que les aveugles qui ont vécu une NDE revendiquent-ils des perceptions visuelles ?
    (...) 25 personnes ont témoigné d’une sorte de perception visuelle pendant leur NDE ou leur OBE, soit 80% sur l’ensemble des sujets examinés. Même chez les aveugles de naissance, 9 sur 14 ont bénéficié de la vue, soit 64 %.

    Mais qu’est-ce que ces personnes voient-elles exactement ?

    Les expérienceurs non-voyants ou mal-voyants voient exactement les mêmes choses que les expérienceurs voyants :

    dans notre monde physique : 10 des 21 expérienceurs aveugles ont vu leur corps depuis l’extérieur. 7 des 10 personnes aveugles qui ont fait une OBE font le même constat. D’autres perceptions visuelles dans notre monde physique sont rapportées avec maintes détails comme celles concernant l’équipe médicale qui s’affaire autour du corps de la personne concernée, la description de la salle d’opération, les gestes médicaux exécutés, les détails de l’accident qui a provoqué la NDE, etc.

    La description que les aveugles font du déroulement de la NDE dans l"autre dimension" est en tous points identique à celle des expérienceurs voyants.

    Les aveugles sont les premiers étonnés de voir pendant leur expérience de mort imminente comme l’exprime cette femme devenue entièrement aveugle à l’âge de 22 ans, suite à une maladie :
    "Je pouvais voir et pourtant j’étais supposée être aveugle ! Je pouvais tout voir. Quand j’étais en dehors de mon corps, tout était parfaitement clair. Je pouvais voir tous les détails".

    Comment décrire ce que l’on n’a jamais vu auparavant ?

    La description des événements qui se produisent pendant la décorporation pose de nombreux problèmes. Comment un aveugle de naissance pourrait-il décrire par exemple les gestes entrepris lors de sa réanimation ou les circonstances et l’organisation des secours lors son accident ? Souvenons-nous que l’étude de Ring et Cooper indique que plusieurs expérienceurs n’étaient pas sûrs s’ils avaient eu des perceptions visuelles ou non (sujets mis dans la catégorie des personnes sans perceptions visuelles). Vicki l’a bien expliqué : la vue est une notion abstraite, totalement inconnue pour les aveugles de naissance, et mettre en paroles ce qu’ils ont vu est extrêmement difficile pour eux. Vicki a même dit que le fait de voir l’avait effrayé au début. Communiquer ce qu’elle a vécu est très laborieux, elle ne sait par exemple pas comment décrire les couleurs et parle de "différents degrés de luminosité". (...)Vicki l’exprime ainsi :

    "C’était difficile pour moi de le croire (le fait de pouvoir voir). C’était vraiment très difficile pour moi de me rendre compte que je pouvais voir parce que cela ne m’était jamais arrivé auparavant. C’était très étrange... comment expliquer cela avec des mots ? C’était comme entendre des paroles et ne pas être en mesure de les comprendre, tout en sachant qu’il s’agit bien de paroles, en partant du principe qu’avant on n’avait jamais rien entendu. Il s’agissait de quelque chose de complètement nouveau pour moi, quelque chose qui n’avait absolument aucune signification pour moi auparavant."

    L’aspect tactile est important dans les impressions décrites par les expérienceurs aveugles car le sens du toucher est très développé et fondamental pour les personnes privées de la vue. Ecoutons Vicki à ce sujet :

    "Au début, c’était effrayant. J’avais de la peine à établir un lien entre ce que je voyais et percevais et ce que j’avais l’habitude de reconnaître par le toucher. Voir ne correspondait en rien à ce que j’avais connu pendant toute ma vie."

    Pourtant, au fur et à mesure que la NDE se déroule, les aveugles semblent s’adapter rapidement à ce nouvel état de fait, même si sa description pose problème lors du retour à la vie. Un autre témoin aveugle de naissance interrogé par Ring le décrit dans ces termes :

    "C’était comme si j’avais toujours été capable de voir. C’était si naturel, presque comme si j’avais pu voir pendant toute ma vie. D’ailleurs, je n’ai jamais compris pourquoi je n’arrivais plus à voir une fois que j’étais retourné dans mon corps, parce que c’était tout à fait normal de voir. Je me suis dit que je devrais pouvoir ramener cela avec moi en revenant à la vie. Comme si la vue était quelque chose que j’avais toujours eu, je me sentais tout fait à l’aise avec le fait de voir."

    Examinons maintenant comment les personnes très fortement malvoyantes ressentent leur NDE. Rappelons-nous que six sujets examinés par Ring et Cooper appartiennent à cette catégorie. Bien que moins spectaculaire que la vision chez les aveugles, ces cas sont néanmoins très intéressants. Pour illustrer mon propos, je citerai le cas de Marsha. Comme Vicki, elle était prématurée et née à six mois de grossesse. Marsha souffre de réthinopatie de prématuré. Elle bénéficie d’un résidu de vision dans l’oeil droit qui lui permet d’apercevoir des ombres floues, mais elle est incapable de lire et ne se déplace qu’avec son chien d’aveugle. Voici son témoignage :

    Ring : Pouvez-vous décrire ce que vous avez vu ? (en parlant de son corps qu’elle contemplait depuis l’extérieur). Pouvez-vous le décrire en détail ? Marsha : Oui, cela me ressemblait. J’avais l’air endormie. Ring : Comment était votre vision quand vous vous êtes regardée étendue là-bas ? Marsha : Je voyais tout à fait bien, tout à fait normalement. Ring : Quand vous dites "normal", voulez-vous dire "net" ? Marsha : Oui, tout, je pouvais tout voir. Il n’y avait aucun problème avec cela".
    (...)"

    Extrait d’un article d’Evelyne Elsaesser-Valarino, qui a écrit D’une vie à l’autre (des scientifiques explorent le phénomène de mort imminente), éditions Dervy, 1999.

    TEMOIGNAGES SITE INTERNET PERSO

    Jacky - 60 ans - NDE à 18 ans, suite suicide.

    – A l’âge de 17-18 ans, je me suis suicidée avec toutes sortes de barbituriques trouvés dans la pharmacie de mes parents, à la suite d’un chagrin d’amour. Je ne concevais pas la vie sans "lui" et la vie ne valait pas la peine de continuer.
    J’ai avalé ma mixture vers 20h. Avant de sombrer, j’ai entendu mes parents se disputer dans une autre pièce, et je me suis dit : "Comme ça n’a aucune importance. Quand je reviendrai sur terre, je m’en souviendrai". Je suis entrée directement dans une immense Lumière toute blanche, si intense ! mais qui ne faisait pas mal au yeux ! Une Lumière d’Amour incommensurable ! Je pense, maintenant, que c’est ce que les Bouddhistes appellent le nirvana. Je ne sais pas. Et je n’avais plus de corps, je n’étais qu’une conscience faisant partie de cette Lumière extraordinaire, j’étais la Lumière, je faisais partie d’elle. Chaque particule s’assemblant au Tout, devient le Tout et le représente. C’était ça. J’étais chez moi, j’étais revenue à ma Source. Mais, je ne suis pas passée dans un tunnel, je n’ai vu personne de ma famille actuelle ou d’autres vies…
    Ce n’est que le lendemain à 11h. que l’on m’a ramenée à ce que l’on appelle "la vie" sur le plan terrestre. Autour de moi, il y avait mes parents, le médecin, mon "fiancé", sa famille. J’ignore encore comment ils ont fait pour les contacter car ni mes parents ni ma belle famille n’avaient le téléphone à cette époque là. Mon "fiancé" étant là, c’était assez pour que je ne regrette pas d’être revenue.
    Même si, au début, je n’y pensais pas tout le temps, cette expérience m’a laissé une autre façon d’aborder la vie. Depuis ce moment, je relativise tout ce qui m’arrive. Tous les événements qui se présentent et que je vis font partie de mon "Ascension" vers la Lumière. Tout, absolument tout. Il y a une leçon ou un enseignement à tirer de chaque événement, même les plus anodins. On met des jalons sur ma route pour m’aider à grandir, à comprendre et en tirer profit… dans le sens spirituel du terme.
    Quand on la comprend, la vie mérite vraiment d’être vécue, encore plus que quand on ne comprend pas tout cela et que l’on passe à travers les vies, croyant qu’il n’y a pas d’ "après".


    VERONIQUE

    SITUATION DECLENCHANTE
    "A l'époque, j'avais 18 ans et je me trouvais à Londres. J'étais partie pour apprendre l'anglais.
    Je me suis rapprochée de quelques français et italiens, en exil aussi. Parmi eux, beaucoup se droguaient.
    J'ai ressenti une grande fatigue et des palpitations au coeur. Je suis allée consulter un médecin. Celui-ci m'a prescrit du Valium. Je ne savais pas ce que c'était. Pour moi, c'était un médicament comme un autre, prescrit par le médecin.
    Arrivée à la maison, un copain qui passait me voir et à qui je me confiais sur mon état de santé, en sachant que j'avais du Valium, m'a demandé de faire du café très fort.
    Naïve et sans connaissance de ce que cela signifiait, j'ai pris avec lui ce café, alors que j'avais déjà avalé mon valium. J 'ai été surprise qu'il m'en demande un aussi.
    Ensuite je me suis allongée, car je ne me sentais pas très bien.
    Le copain est « parti » et moi aussi.....! Direct dans le tunnel"

      DÉROULEMENT DE L’EXPÉRIENCE

    "Je me suis retrouvée dans un tunnel noir, très noir.
    J'étais moi, en tant qu'esprit mais je n'avais pas de corps, semblait-il, je pouvais voir et entendre J'entendais un bruit d'hélice.
    C'était moi qui le produisais en me déplaçant.
    J'avançais très vite dans ce tunnel, aussi vite qu'une Formule Un.
    Je n'ai rien vu de spécial dans ce tunnel sombre, j'allais beaucoup trop vite.
    Et toujours ce bruit d'hélice.
    Puis le tunnel a pris fin et j'ai été projetée dans un ciel lumineux plein d'amour, un sentiment de bonheur intense. L'amour à l'état pur !
    Je pense que j'allais toujours aussi vite, mais je ne m'en rendais plus compte, tant l'espace était grand !
    Puis j'ai aperçu comme une porte au loin, avec trois ombres dans l'entrebâillement.
    Trois personnes, mais j'étais encore trop loin pour les voir.
    Je n'avais qu'une envie, c'était de m'en approcher. La source de l'amour semblait venir de là.
    Mais l'hélice soudain a fait un soubresaut, comme une panne dans son fonctionnement, et s'est arrêtée brièvement.
    J'ai été ensuite aspirée en arrière.
    Je ne me souviens de rien d'autre, seulement de m'être réveillée, très lasse et quelque peu dépitée de n'avoir pas pu aller jusqu'à cette porte."
    (La lumière aurait pu être aveuglante pour des yeux d'humains! Là elle était juste éblouissante et je pouvais m'y habituer)
    Voilà, il ne s'est rien passé d'autre. Seulement une conviction de croyance depuis lors.
    Cela ne m'empêche pas d'avoir peur de la mort, parfois je me dis qu'à l'époque, jeune comme j'étais, je n'avais rien à me reprocher et qu'il en sera différemment maintenant !
    D'ailleurs, je ne savais pas que j'avais fait une NDE, c'est le hasard de la vie, bien plus tard, qui m'a fait lire des articles sur le sujet, et c'est là que j'ai réalisé que moi aussi, j'étais bel et bien partie !
    J'espère avoir apporté ma petite note supplémentaire à tes recherches.
    Je suis curieuse de savoir pourquoi l'absorption de Valium, donc d'une drogue, remet en question certains résultats obtenus dans d'autres témoignages ? Quels sont-ils?

    CONSÉQUENCES POST-EXPERIENCE

    Pour ce qui est de ma peur de la mort,
    Mes croyances en Dieu (ou l'univers) ont été renforcées.
    De religion catholique par mes parents, je suis devenue adepte à toutes formes de croyance. Pour moi, elles se rejoignent toutes et je rêve d'un monde où tous les humains n'auraient qu'une seule croyance, celle de l'amour.
    Un peu utopique, certes, c'est pourquoi, j'avais dessiné un plan pour bâtir un endroit de culte universel, où toutes les religions se seraient côtoyées, y compris les agnostiques, qui ont la croyance de ne croire en rien !
    Donc pour en revenir à ma peur, comme je mélange un peu toutes les religions, et sachant qu'il faut être bon avec son prochain !
    J'ai aussi peur de mourir en souffrant d'une maladie quelconque.

    Mon mari, le père de mes deux garçons est mort, cela fera onze ans en octobre d’un accident de voiture.
    J'ai donc élevé mes enfants, seule, et je ne voudrais pas qu'ils perdent leur mère aussi. Une autre peur ! Bien sûr j'ai peur pour eux, j'essaye de me dominer pourtant, mais je crois que les épreuves de ma vie ont été suffisantes pour me faire comprendre à quel point, la vie est précieuse et qu'il faut relativiser, qu'il est bon aussi d'aider son prochain comme on peut !
    Parfois, si l'on prie très fort, on obtient de l'aide. A chaque fois que j'ai prié pour quelqu'un, eh bien cela a été exhaussé.
    Sans dire que je suis investie d'un pouvoir quelconque, puisque je ne fais rien, je ne fais que demander à Dieu. Quelques anecdotes stupéfiantes mais sans preuve réelle, m'incitent à le penser.
    Mais je crois que lorsque plusieurs personnes unissent leur demande, les chances de résultat sont bien réelles !
    Enfin, c'est un sujet bien vaste, peut être aurons-nous l'occasion d'en reparler !

    Peut-être ai-je peur justement de cet immense pouvoir de Dieu !

    En y réfléchissant, j'ai peur de beaucoup de choses !

      EXPRESSION DE PICTURALE (4 Tableaux 1 Sculpture)

    Je peux raconter ma NDE, certes avec des mots comme je te l'ai dit, mais c'est le propre de l'artiste, d'en faire une représentation visuelle, enfin d'essayer.
    D'abord en dessin, former ma spirale qui représente le tunnel, mais je n'aboutissais pas à grand chose.
    J'ai fini par faire la série de quatre tableaux:
    "J'ai ensuite voulu la faire en sculpture. J'étais contente de moi, dans une pierre en stéatite, j'avais fait une cavité qui aboutissait sur trois formes, trois personnages sans détails, que j'avais intitulé "la porte du Paradis».
    Seulement la plupart des gens pensaient que j'avais représenté un vagin ! Bizarre !! Comme je ne voulais ni raconter mon expérience ni qu'on me prenne pour une lesbienne, j'ai fini par la détruire partiellement, pensant la reprendre plus tard, ce que je vais faire un jour !
    Quelque part, je reviens toujours à ce côté mystique qui est ancré en moi, même si ces derniers temps je fais des animaux en matériaux de récupération.
    Le dernier plâtre qui représente l'arche de la création, Adam et Eve et leur progéniture, en est un bon exemple."
    Merci à toi surtout, pour tes recherches, quoique puisse en dire les scientifiques sur l'existence de Dieu, je retiens une phrase d'Hubert Reeves, «La science ne nie pas Dieu, elle ne peut seulement pas prouver son existence ! ".

    ANALYSE

    Ce témoignage est intéressant sous différents aspects :

    1° -
    La situation déclenchant est due à une prise de valium dont l’effet est augmenté par l’absorption de café très fort. Par rapport aux autres témoignages reçus sous drogue (anesthésique, calmants, champignons hallucinogènes, alcool etc..) que j’ai pu recevoir, le vécu rejoint celui des nde vécues sous anesthésiques ou en état de mort dite clinique (tunnel, vitesse, immensité de l’espace, ciel lumineux, visions de personnes, sentiment d’amour, paradis).
    2° -
    En ce qui concerne les effets post-expérience, il est apparu que chez certaines personnes qui l’avaient vécue deux fois à intervalles espacés de plus d’une dizaine d’années, elles disaient pouvoir faire la différence entre celle vécue sans médication et celle vécue notamment sous anesthésie. Pour elles, la seule à retenir était celle vécue sans drogue. Toutefois quelques cas ne signifient pas une généralité.
    Ainsi, dans cette après expérience, même si, contrairement à la majorité des témoignages, la peur de la mort demeure pour différentes raisons (peur de la maladie, peur du vide laissé pour les enfants), les conséquences spirituelles sont importantes, permettant un grand chemin personnel qui associé au tempérament artistique de ce témoin, a permis une expression picturale sous forme de quatre tableaux et d’une sculpture.
    Cet aspect représente la grande originalité de ce témoignage et le rend très attachant vu la grande générosité manifestée par ce témoin vis-à-vis des autres.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :